07.08.2015 On veut aller en Colombie !!!

Mais c’était bien quand même l’Amérique Centrale !

Un bail qu’on n’a rien écrit mais c’est qu’on n’a pas eu vraiment le temps ! Et oui, après avoir bien apprécié le Nicaragua, on a été rejoint au Costa Rica par Maman Martine et Papa Georges… Et même par Lulu Baldo junior sur la fin du mois de juillet ! Ca va qu’ils sont sympas dans la belle famille :) Et c’était une bonne revanche pour Bastoch !

 

Avant qu’ils arrivent, on a découvert le Nicaragua et c’était vraiment très chouette ! C’était bien agréable d’arriver dans un pays où les gens sont souriants et où on se sent en totale sécurité partout…

Notre petite pause côte pacifique était bien nécessaire même si on se serait bien passé des nuits à 35° ! Le calme est toujours agréable… C’est là qu’on a vu une tortue olivâtre pondre sur la plage et se faire voler tous ces œufs par des gens qui les revendent à prix d’or à la ville pour leurs soit disant effets aphrodisiaques. « Mentiras » ! C’est comme les ailerons de requins les œufs de tortue, c’est juste un moyen de détruire des espèces qui étaient là bien avant nous et ça fait rager ! Mais « asi es », faut pas se formaliser, ça viendra tout ça…

On a enchainé par la Laguna de Apoyo et le volcan Masaya et le spectacle était vraiment beau…


Et ça nous a rassuré, même au Nicaragua les jeunes se mettent des caisses le mercredi après-midi pour fêter les vacances :)

Et puis comme je n’avais pas pu rester sur l’île d’Omotepe il y a 6 ans avec Spil (tu te rappelles Spilou ?!), j’avais envie d’y retourner pour voir un peu ce que ça racontait… Alors on a embarqué sur le ferry un soir pour une petite semaine bien sympathique ! On a fait la connaissance de Maria et Juan Jo, deux espagnols supers avec qui on a passé quelques jours et aussi de plein de gens de pleins de pays du monde ! Fiesta au rhum local (Flor del Cana, muy bueno !), balade à pied, balade en vélo, comedor « hyper barato y hyper rico », vue imprenable sur les volcans, bref, que du bonheur ! Ca a été un peu l’aventure pour partir de l’île mais avec un peu de patience et une journée d’attente, on a réussi à embarquer sur un bateau qui nous ramenait sur le continent…


Avant de passer la frontière, on a fait une dernière pause à Playa Marsella (et oui, on avait pas envie de quitter le Nicaragua !) parce que le nom nous plaisait et que l’endroit était chouette. En plus, on a été rejoint par un groupe d’argentins en camping-car coloré avec qui on a passé de beaux moments. Ca fait plaisir de bien parler espagnol, on rencontre que des belles personnes parce qu’on a constaté que les français n’étaient pas toujours les plus funs en voyage :)

 

Puis comme il fallait quand même aller chercher les parents à San José le 6, on a passé la frontière du Costa Rica et on est entrés pleinement dans la saison des pluies !

Comme on avait un peu le temps, on est passé par l’intérieur des terres pour voir le volcan Arenal et le lac Arenal. Manque de bol, le temps ne nous a pas permis d’apercevoir le volcan mais le lac était chouette et on a enfin eu un peu plus frai…

Et le 6, jour de pluie, on a récupéré Maman Martine et Papa Georges pour un mois ensemble au Costa Rica. J’ai trouvé moyen de me faire charger par un bélier le soir de leur arrivée, dans un camping « à la ferme ». Sale bête ! En tous cas, ça a été un vrai bonheur de les retrouver en forme et avec le sourire. Mine de rien, c’est à peu près le milieu de notre voyage et voir les parents, c’est toujours bien ! En plus, comme les copains viennent pas, heureusement qu’on peut compter sur les parents :)


Vu la drache qu’on s’est pris au début, on a envisagé de retourner passer le mois au Nicaragua… Mais on s’est laissé le temps de voir et on a eu bien raison. Finalement, on a eu de la pluie presque tous les soirs mais cela ne nous a jamais empêché de profiter.

On a commencé par le Parc Manuel Antonio et ça a été le début du festival des animaux exceptionnels… Singes, ratons laveurs, paresseux, crabes, toucan, grenouilles, serpents, etc. Ce parc est vraiment beau et les balades sont pleines de surprises. Par contre, il faut quand même un temps d’adaptation à la chaleur tropicale ! Ne rien faire fatigue et fait transpirer, dur dur les vacances !

Puis on a longé la côte pour rejoindre la Péninsule d’Osa. On a passé deux jours à Sierpe où on a loué des kayaks pour aller se balader sur le fleuve et c’était génial ! On a vu des gros crocodiles et un bébé tout petit ! Ambiance… Puis on a continué la visite de la Péninsule vers Puerto Jimenez et la Playa Preciosa où on s’est fait réveiller par des dizaines de aras macaos, magnifiques et plutôt bruyants ! C’est les même que dans l’abécédaire à la lettre A !!!

Et puis comme on avait chaud et qu’on en avait marre de se faire manger par les moustiques, on a envisagé l’ascension du Cerro Chirripo, 3820 mètres…


Et ça a confirmé notre impression, le Costa Rica est une douce blague :) Tout d’abord, dans l’ensemble, les gens ne sont pas particulièrement agréables ni souriants et en plus de ça, ils abordent le touriste comme une pompe à fric ! Ce pays mérite un article à pare entière pour dénoncer ce qui s’y passe mais nous allons rester bref !

La politique du pays a voulu que chaque endroit intéressant et beau soit classé Parc Naturel. Belle politique de conservation me direz-vous ! Et bien non, le seul et unique objectif de tout ça est bien sûr de faire du fric ! « Ecosystème capitaliste » !

Simple et parlant, l’exemple du Chirripo. Une randonnée de 20 km pour 2500 mètres de dénivelé. Le départ se fait à San Gerardo de Rivas. Là, il faut réserver à la maison du Parc pour avoir de la place dans le refuge qui est à 3400 m et payer le doit d’entrée dans le parc. Le Parc coûte 18 € par jour et par personne (on fait l’ascension et la descente en deux jours) donc 36 € pour le parc. Mais ce montant, il faut aller le payer à la banque nationale qui est à San Isidro del General, à 25 km avant le village. Une fois acquittés de ce montant, on a le droit de payer le refuge qui coute 35 € par personne la nuit sans aucun repas inclus. Donc en plus de ça, il faut faire les courses pour emmener de quoi manger. En résumé, deux jours de randonnée dont une nuit en refuge pour environ 80 € par personne ! Et ce n’est qu’un exemple, tout le Costa Rica est comme ça, aucun parc à moins de 15 € l’entrée ! Alors pour ceux qui auraient envie de faire le Chirripo, faite comme Lulu, la nuit en aller-retour pour un levé de soleil au somment et une redescente direct, c’est gratos !


Mais comme on était jamais montés aussi haut, on était super contents de le faire ! L’ascension était dure mais en y allant tranquillement, ça allait et la vue du sommet au levé de soleil nous a offert un superbe panorama… Un peu galère de respirer normalement à 3800 m mais ce n’est qu’un entrainement pour l’Amérique du Sud J Il faut bien avouer qu’on a eu des courbatures pendant plusieurs jours et qu’on n’était pas mécontents d’enlever les chaussures mais c’était vraiment une belle rando !

Et comme on voulait encore avoir un peu frai, on est resté dans les montagnes aux alentours de Cartago, dans les vallées de Dota et de Orosi. On n’a pas eu très beau temps mais on a découvert cette région agricole (culture du café, du mais et maraichage) et on y a passé de beaux moments. On a été accueilli par une Ilda très gentille qui vit dans un petit coin de paradis, au milieu des fleurs et des montagnes. Une tchatche hallucinante et un beau souvenir !

Puis y’a pas eu le choix, ils ont voulu aller chercher Lulu ! Et comme il revenait des montagnes du Pérou, on a voulu lui faire un petit choc thermique en l’emmenant sur la cote caraïbe ! Les deux frères ont pu profiter à fond de jouer dans les vagues pendant des heures et on a eu l’impression d’être déjà dans un autre pays. La côte caraïbe a une culture afro et un dialecte créole anglais incompréhensible. C’était sympa de changer d’ambiance… Puis on a pas pu partir du Costa Rica sans faire gouter à Lulu le déjeuner typique, le très fameux « gallo pinto ». Du riz, des haricots rouges, des œufs et parfois de la viande ou du fromage. Ca tient au ventre ! Et nous avons ainsi adopté la résolution de gouter à tous les petits déjeuners dans chaque pays. Mais c’était avant que Lucas nous dise qu’au Pérou, il avait eu une soupe de tripes au déjeuner, hummm !

 

Dur de résumer deux mois comme ça…Promis j’arrête les détails…

On a passé la frontière du Panama pour profiter de la dernière semaine avec les parents et Lulu sur Bocas del Toro, les îles paradisiaques des caraïbes. Et comme promis, on y a trouvé du sable blanc et des coraux de toutes les couleurs… On a aussi eu la bonne idée de louer des vélos un jour de pluie et Papa Georges a voulu m’apprendre la « danseuse »… Echec et mat, les vélos de là-bas freinent quand on pédale en arrière et ça a été la chute réussie ! Déjà que j’adorais le vélo J

 

Puis de retour sur la terre ferme, on a pausé Lucas à David et on a tracé vers Panama City pour voir le fameux « Canal de Panama » et la vieille ville. Parce qu’il faut bien faire un peu de « culturel » des fois !!!


Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, on a déposé les parents Balo le 3 août à l’aéroport de Panama city et on a commencé notre recherche désespérée d’un bateau qui voudrait bien nous emmener en Colombie, notre petit Phoenix et nous…

Rien trouvé pour le moment si ce n’est un sentiment amer de voir un pays où le canal rapporte des billions de dollars et où les gens vivent dans une misère comme on ne l’avait jamais imaginée… On continue les recherches en espérant être en Colombie le plus vite possible !

 

Merci à Maman Martine et à Papa Georges pour ce super mois partagé et encore bravo à tous ceux qui ont lu cette note jusque là :)

A la revoyure en Amérique du Sud !!!!!


Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Papa Georges et maman Martine (vendredi, 07 août 2015 11:33)

    Merci pour ces vacances extra... ordinaires !!!!!
    Petite mise au point en ce qui concerne la "danseuse" : il ne s'agit pas simplement de remuer ses fesses mais bien aussi de pédaler ... dans le bon sens !
    Pour la leçon numéro 2, il faudra attendre un peu ... mais il faut persévérer, quelques balades andines à 4000m d'altitude pourraient constituer une bonne préparation. Ensuite logiquement c'est le tandem !!!

  • #2

    Perrine (lundi, 10 août 2015 10:01)

    Toujours aussi génial. Je guettais le nouvel article, 2 mois sans "nouvelles". Je ne suis pas déçue du roman. Nous n'avions pas eu autant de détails sur le passage mexicain des parents d'Anna ! Je vous souhaite de trouver un bateau pour poursuivre votre aventure. Pleins de bisous

  • #3

    Hélène (samedi, 22 août 2015 15:02)

    J'espère que vous êtes en colombie!! Bisous à vous deux!

  • #4

    depodres (jeudi, 11 février 2016 20:53)

    Groupe d'investisseurs & prêt internationaux et fiable

    Bonjour
    Nous représentons des investisseurs et prêteurs privées, désireux investir des
    fonds importants dans tous les pays économiquement stables et dont les
    règlements nationaux ne s'opposent pas
    aux investissements étrangers.
    Nous sommes à la recherche d'une opportunité d'affaire rentable .
    Nous sommes intéressé par toute activité bénéfique du secteur privé .
    Accepteriez-vous travailler en collaboration avec nous?
    Avez-vous de recommandations à nous faire?
    Nous sommes dès lors disponible à financer toute entreprise privée qui
    répondra à nos critères dont les buts essentiels sont:
    1/ L'investissement de nos fonds en activités sures et rentables
    2/ La recherche d'un profit commun,
    La personne intéressée par notre projet d'investissement devra nous
    envoyer des informations relatives à ses activités,son expérience
    professionnelle, ses propositions et autres
    informations si nécessaire en vue d'une éventuelle collaboration.
    Si nos propositions vous semblent intéressantes, veuillez nous
    contacter afin de recevoir de plus amples informations.
    Les fonds que nous voulons investir ou de prêté varient de 2.000.000 $ US à 500.000.000 $ US
    Les fonds que nous voulons investir ou de prêté varient de 2.000.000 € à 500.000.000 €

    Mail depodres.inves@gmail.com

    Skype george.depodres

    Merci et a bientôt

21.06.15 Petit mois en Amérique Centrale Nord

On a comme l’impression d’avoir bien choisi le sens de notre voyage, ça met de la douceur dans la découverte, dans notre vécu… Descendre du Nord au Sud nous offre la possibilité de changer tranquillement de culture, de mode de vie, de langue… Après l’Amérique du Nord, le Mexique a été pour nous une belle transition entre Amérique du Nord et Amérique Centrale. Un pays un peu tiraillé entre la culture nord américaine (si on peut appeler ça une culture) et des racines latines encore bien présentes…

 

Le décor a commencé à changer vraiment en arrivant au Guatemala…

Des couleurs, des paysages magnifiques et surtout, là où on a retrouvé un peu de fraicheur et des montagnes !

 On commencé par aller faire un petit tour du côté de Tikal, cité maya perdue au milieu de la jungle, dans le nord du Guatemala, pas très loin du lac Peten-Itza. Depuis le temps que je tannais Mr Balo avec Tikal, c’était aussi bien que dans mes souvenirs ! De la jungle partout, des singes hurleurs, des singes araignées, des oiseaux qui chantent, des insectes bizarres, des pyramides hallucinantes et hyper hautes et des sentiers partout pour cheminer au milieu de cette ville immense en essayant d’imaginer ce qui a bien pu se passer ici il y a 1500 ans… ?!

On a passé quelques jours à El Remate, petit village super sympa sur le bord du lac qui est toujours le bienvenu aux heures les plus chaudes de la journée ! Et c’est au bord de ce lac d’ailleurs, qu’on a accueilli avec plaisir la très attendue « saison des pluies ». Quel bonheur de prendre une bonne radée quand il fait sur-chaud !

On a essayé aussi la presqu’île de Flores, au bord du lac et là où vont tous les touristes mais c’est beaucoup moins chouette qu’El Remate, ça nous a pas convaincus !

Et puis on est descendu en direction du lac Atitlan en pensant y arriver assez rapidement étant donné le peu de kilomètres. Finalement, le voyage a été épique et il restera dans nos souvenirs, c’est sur ! On a mis quatre jours à arriver à Panajachel et en mettant parfois 3h pour faire 50 kilomètres. La piste entre Coban et Santa Cruz del Quiché a été une succession de « holà » accompagnés de magnifiques sourires… C’est fou comme tous ces regards croisés, échangés si rapidement nous laissent souvent sans voix… Difficile d’imaginer à quoi ressemble la vie de tous ces gens qui vivent perdus au milieu des montagnes, pieds-nus dans la boue et travaillant dur la terre qui bien souvent leur donne a elle seule toute leur nourriture, sans assaisonnement, « sin dulce »…

On a aussi retrouvé sur le chemin tous les marchés dont on rêvait ! Des couleurs de fou, des odeurs plus ou moins agréables, des enfants qui jouent, des adultes qui braillent, des gens qui rient, des gens qui en chient, et l’impression d’enfin être partie intégrante de ce que peut donner la nature. On a quand même l’impression que plus les années passent, plus la mondialisation fait du chemin et il n’est plus question de voir quelqu’un sans un portable dans la main droite et une bouteille de coca dans la main gauche ! Drôle de sensation que de vouloir se débarrasser de ce que certains découvrent à peine…

Ces marchés et ces quelques jours nous ont régalés aussi les papilles en goutant à la cuisine guatémaltèque, beaucoup moins épicée qu’au Mexique mais excellente aussi.

On a bien profité du lac Atitlan mais sans pouvoir se baigner car il faisait super froid et on a pris  des gros orages. Ca a quand même été l’occasion de se poser un peu sans rien faire, juste à papoter avec les dizaines de vendeurs qui profitaient d’une bonne pause devant le camion…

Puis on est partis visiter un peu Antigua, la ville où j’avais passé un peu de temps il y a 6 ans et où on a pu squatter gratis chez nos amis les condés ! Le Guatemala est un pays tellement sur qu’ils ont inventé la « Police des Touristes », histoire d’être sûrs qu’il ne nous arrive rien ! On a profité d’être là pour se payer un tour sur le Volcan Pacaya où j’étais allé il y a quelques années et où la lave sortait partout. Manque de bol, elle s’est arrêtée de couler après deux années 2009 et 2010 et Bastoch était un peu dégouté par rapport a ce que je lui avais vendu ! Mais c’était quand même trop chouette et il restait des endroit assez chauds pour faire griller quelques chamalos a la chaleur du volcan.

Puis comme on doit retrouver les parents de Bast début juillet au Costa Rica et comme on rêve de plus en plus de l’Amérique du Sud, on a tracé notre route tranquillement vers le Nicaragua où on est en ce moment.

On a pris le temps de s’arrêter 4 jours au Salvador sur la côte pacifique. Les plages sont de sable noir et les vagues sont absolument géniales pour jouer des heures et des heures. Mais concrètement, ce pays nous a laissé un goût un peu bizarre. Chaque personne avec qui on a discuté nous a parlé de violence, de meurtre, d’armes, de vol, de trafic d’organes, de dieu, de problèmes de santé, de vie difficile, de mères de 13 ans, bref, de galère. Des dizaines d’enfants ne vont pas à l’école. Un bateau de la croix rouge arrivait pour leur fournir une aide humanitaire, un hôpital, des docteurs compétents et surtout, des soins gratuits. Chaque regard croisé ici ou presque paraissait dur, comme méfiant. Il semblerait que le gang des Mara Salvatrucha fasse encore des ravages. Et chacun essaye de faire son petit bout de chemin au milieu de tout ça, comme si tout ça était normal. Et que fait le gouvernement ? Que font les élus ? Encore une fois, ils s’en mettent plein les poches !

C’était la première fois que l’on découvrait un pays où la violence fait partie intégrante du quotidien de tous. Et finalement,  c’est une réalité intéressante a connaître mais peu agréable a voyager. Et c’est pourquoi on a continué notre route vers le sud…

La frontière entre le Salvador et le Honduras a été la pire frontière traversée jusqu’à maintenant. Sachant que nous ne voulions pas nous arrêter au Honduras et qu’il fallait à peu près 3h de route pour passer ce pays et entrer au Nicaragua, on a tout fait dans la même journée. Mais on a bien failli pas y arriver. Sortir du Salvador, pas de problème ! Mais entrer au Honduras correspond a 3h de paperasse, d’attente, de photocopies par dizaine, de bordel ! Une seule nénette pour s’occuper de tous les véhicules qui entrent sur le territoire et pas une foudre de guerre ! Finalement, 35 dollars plus tard (c’est la frontière la plus chère jamais passée pour seulement trois heures de transit !), on a enfin pu entrer dans leur pays. Et encore une fois, on s’est bien demandé où allait cet argent. Pas de personnel à la frontière et des enfants partout qui ne vont pas à l’école et qui passent leur journée a demander de l’argent aux automobilistes pour qu’ils rebouchent les trous (y’en a des énormes partout). Bref, le Honduras, vite fait mais faudra repasser plus de temps si on veut être convaincus…

Et nous voilà enfin au Nicaragua, tant attendu. Il semblerait que ce soit génial et pour le moment, de ce qu’on a vu, ça a l’air dément. Tout le monde tape la cosette, ça rigole à fond et la vie est beaucoup plus douce… On a trouvé un super squatt sur la côte pacifique à côté d’El Pirata, un super bar, face a la mer, sous un soleil de plomb et on recharge les batteries pour les aventures à venir…


Merci à tous ceux qui laissent des petits mots, ça fait trop plaisir parce que même si on avoue que ça nous manque pas la France, vos petites bouilles nous manquent un peu quand même !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Sergent (mardi, 23 juin 2015 03:57)

    Toujours contente de découvrir votre itinéraire et de revoir en photos de beaux endroits.La famille française qui a voyagée longtemps avec nous au Mexique et les Duncuff est à Léon en ce moment. Si vous les croisez, ils ont une coccinelle accrochée derrière leur camping-car. Bonne route vers le Costa Rica.

  • #2

    Pierrette (samedi, 27 juin 2015 14:15)

    Un petit coucou du Québec, où il fait plus chaud présentement qu'à votre passage.... Assorti d'un festival de jazz et d'un joli homard au beurre à l'ail, la vie est belle !!! Gros bisous

  • #3

    maud (lundi, 06 juillet 2015 16:25)

    Merci de me faire voyager sans quitter mon canapé et pour pas cher.
    Bisous d'Ardèche

  • #4

    Hélène (mercredi, 08 juillet 2015 13:41)

    En espérant que le Nicaragua sera une très belle découverte! Profitez! Nos tronches n'ont pas changé :) Plein de bisous!

26 et 27.05 : Rapide passage au pays des Rastas Man’s, welcome to Belize !

 

C’est du Guatemala que l’on vous écrit tout ça, sous une saison des pluies bien commencée mais du Guatemala, on en reparlera plus tard…

 

On avait réfléchi a savoir si on passait par le Belize ou pas et si on y passait un peu de temps ou pas et finalement, on a fait le choix de seulement le traverser en quelques jours pour avoir plus de temps pour profiter de l’Amérique Centrale. En définitive, on a eu droit à un visa de transit de deux jours et on a été un peu tristes de ne pas avoir pris plus de temps dans ce pays anglophone de Rasta mans ! Tous les paysages qu’on a vu et les gens avec qui on a papoté nous ont donné envie de connaître ce petit pays. Des fleurs de toutes les couleurs, des camions entiers remplis de canne à sucre, des gens de toutes les couleurs, des rivières magnifiques, une capitale de 16 000 habitants, des troupeaux de zébus souriants, des dreadeux de tous âges, des singes hurleurs civilisés (ils font la sieste une bonne partie de la journée !), des maisons créoles avec beaucoup de charme et des jardins très bien entretenus et pleins de fleurs. Bref, on a eu un bel aperçu et pourtant, on a pas même approché la côte qui est réputée pour être magnifique aussi. Comme a chaque fois qu’on arrive dans un nouveau pays, on ne sait pas trop où squatter mais là, pour les deux nuits qu’on a passé, il semblerai qu’on n’ait pas choisi les bons spots ! Les deux soirs, les flics nous ont virés (une fois à 4h du mat et une fois à 10h, mieux !) parce qu’on était dans des lieux trop « dark » ! C’est quand même pas notre faute si les flics Béliziens ont peur du noir ! Heureusement, on a réussi à se recaler rapidement sous un lampadaire pour les rassurer !


Bref, après ces deux jours au Belize, on est enfin arrivé au Guatemaya et on est bien motivés a continuer notre route tranquillement vers le sud… La chaleur ne nous quitte plus et on a hâte de pouvoir mettre un petit pull le soir… Ou plutôt de découvrir les belles montagnes du Gratezmoilà !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Sergent (jeudi, 11 juin 2015 04:09)

    Coucou,
    C'est déjà bien d'avoir eu un aperçu du Bélize. Il ne ressemble pour l'instant à aucun autre pays que nous avons traversé. On a trouvé les Beliziens très sympas. Bon tour du Guatemala. On a aimé Antigua et ses environs. Vous pouvez dormir gratis sur le parking de la police touristique dans le centre ville. Bises

  • #2

    depodres (jeudi, 11 février 2016 20:53)

    Groupe d'investisseurs & prêt internationaux et fiable

    Bonjour
    Nous représentons des investisseurs et prêteurs privées, désireux investir des
    fonds importants dans tous les pays économiquement stables et dont les
    règlements nationaux ne s'opposent pas
    aux investissements étrangers.
    Nous sommes à la recherche d'une opportunité d'affaire rentable .
    Nous sommes intéressé par toute activité bénéfique du secteur privé .
    Accepteriez-vous travailler en collaboration avec nous?
    Avez-vous de recommandations à nous faire?
    Nous sommes dès lors disponible à financer toute entreprise privée qui
    répondra à nos critères dont les buts essentiels sont:
    1/ L'investissement de nos fonds en activités sures et rentables
    2/ La recherche d'un profit commun,
    La personne intéressée par notre projet d'investissement devra nous
    envoyer des informations relatives à ses activités,son expérience
    professionnelle, ses propositions et autres
    informations si nécessaire en vue d'une éventuelle collaboration.
    Si nos propositions vous semblent intéressantes, veuillez nous
    contacter afin de recevoir de plus amples informations.
    Les fonds que nous voulons investir ou de prêté varient de 2.000.000 $ US à 500.000.000 $ US
    Les fonds que nous voulons investir ou de prêté varient de 2.000.000 € à 500.000.000 €

    Mail : depodres.inves@gmail.com

    Skype george.depodres

    Merci et a bientôt

A vos plumes ! Petites phrases à retenir...


" Combien de temps en voiture pour venir, de France jusqu'ici ? "

" C'est où aux Etats-Unis, la France ? "

Et oui, la Bible n'a pas de chapitre Géographie !

Phrases entendues 200 fois depuis le départ !



"- Pourquoi tu vas pas à l'école ? - Parce que j'ai peur qu'on me vole !

-Mais qu'on te vole quoi ?

- Mes poumons ! Ici ils nous volent nos poumons"

Eidy, 12 ans, Salvador


"Si t'es aveugles et que tu perds la voix, tu peux même pas la retrouver !"

H.D


Piti piti, toti ka

monté montagne...

Si la vida te das limones,

haz limonada !